Créteil : un prêtre et un diacre au Prado

Créteil : un prêtre et un diacre au Prado

Le Dimanche 8 décembre 2019, la famille pradosienne de l’ile de France et des amis de José Victoire OBERTAN et Jean-Baptiste LÊ se sont réunis pour fêter un double événement, en présence de Mgr Michel SANTIER, évêque du diocèse de Créteil :

l’engagement perpétuel dans l’Institut des Prêtres et frères du Prado pour le Père Jean-Baptiste, prêtre du diocèse de Créteil;

– et l’accueil comme membre associé de l’Institut du Prado dans « la Fraternité pradosienne des diacres et épouses de diacre » pour José;

C’était aussi le jour où toute la famille spirituelle du Prado est en fête, en souvenir du jour où le Bienheureux Antoine Chevrier osa commencer son œuvre, en s’engageant pour prendre possession de l’ancien « bal du Prado » : le 10 décembre 1860.

Voici les réflexions d’Antonio (jociste – 18 ans), qui participait à cette journée :

Si nous regardons de plus près cette journée que nous avons vécue, le texte que nous avons partagé en petit groupe nous montrait déjà l’œuvre agissante du Père Chevrier. Dans l’évangile du Bon samaritain, un verset m’a particulièrement interpellé : « il le vit et fut saisi de compassion. » (Lc 10, 33). Le père Chevrier fût saisi par l’immense pauvreté des gens du quartier de La Guillotière à Lyon et décida de se consacrer à eux. Si nous trouvons un tel rapprochement entre l’Évangile et la vie du fondateur du Prado, c’est que finalement tout vient de là.

Étudier la parole de Dieu est une caractéristique bien présente au Prado : il ne suffit pas de lire la parole et de la commenter de suite, il faut parfois, et à l’exemple de la famille pradosienne, prendre le temps de faire silence et de se laisser toucher par cette Parole.

Les partages en groupes ont permis à chacun d’entre nous de connaître davantage ceux qui étaient là, puis aussi de nous préparer à la célébration des engagements. Ensuite, nous avons vu par le biais d’un film qu’est-ce que le Prado ? Une famille peu connue : son fondateur n’est pas très populaire et pourtant nombreux sont engagés. Mais là encore, nous mettions en pratique une parole de l’évangile de Luc : « Va, et toi aussi, fais de même. » (Lc 10, 37),

C’est ainsi que des personnes des différentes branches du Prado ont témoigné de ce qu’ils faisaient, mais aussi comment ils ont rejoint cette famille et être finalement un véritable disciple dans le monde d’aujourd’hui. Les différents témoignages, tous plus riches les uns que les autres, nous ont permis de voir que c’est toujours une personne qui invite à rejoindre l’institut. Là aussi, nous voyons comment le Père Chevrier rejoint chacun de nous dans une vie bien consacrée déjà au don de l’autre.

Nous avons ensuite tous partagé la célébration eucharistique présidée par Mgr Santier, où Jean-Baptiste et José ont prononcé leur engagement au Prado. Cette célébration nous rappelait la diversité culturelle de chacun et nous unifiait autour de ce don de soi et surtout de cet appel au partage de l’évangile. Nous pouvons garder en mémoire cette phrase de la lecture de Saint Paul : « oubliant ce qui est en arrière, et lancé vers l’avant, je cours vers le but pour remporter le prix auquel Dieu nous appelle là-haut dans le Christ Jésus ». José d’une part, rappelant son engagement auprès des plus jeune et Jean-Baptiste d’autre part, évoquant les souvenirs du communisme dans son pays natal. Tous deux tenant l’évangile dans une main et l’attention pour les plus pauvres dans l’autre.

Une grande joie rythmait la journée et Monseigneur Santier a félicité la famille pradosienne. Quelle joie pour un évêque de voir dans son diocèse des hommes et des femmes engagés aux services des autres !

Pour terminer, un repas partagé a eu lieu dans les salles de Villecresnes et nous a permis de rendre grâce pour cette belle journée. Certaines personnes, absentes pour les raisons de grèves sociales qui traversent actuellement notre pays, étaient en union de prière avec nous tous. L’engagement de chacun d’eux a justement été de prier pour tous ceux qui manifestent en ce moment.

Chacun de nous se souviendra de cette fête du Prado, qui nous invite à réfléchir sur cet appel que Dieu nous lance chaque jour. Nous devons répondre à cette annonce du Dieu d’amour qui s’incarne et qui se fait chair parmi nous en cette fête de Noël.

C’est justement en cette période de Noël 1856 que le Père Chevrier disait : « C’est en méditant la nuit de Noël sur la pauvreté et l’humilité de Notre Seigneur que j’ai résolu de tout quitter et de vivre le plus pauvrement possible […] Alors je me suis décidé à suivre Notre Seigneur Jésus Christ de plus près […] ». Demandons par l’intercession du père Antoine Chevrier de devenir du « bon pain », de toujours rester fidèle à l’Évangile qui nous est confié afin que nous puissions méditer sur cette humilité de Jésus à la crèche.

Enfin, laissons-nous interpeller par cette question du Père Chevrier : A qui veux-tu être ?

Antonio OLIVEIRA, Jociste – 18 ans

partager